Les Joyeuses Commères de Windsor, William Shakespeare

Les Joyeuses commères de Windsor,

William Shakespeare 1564-1616

 

           

 

The Merry wives of Windsor (Les Joyeuses épouses de Windsor ou Les Joyeuses gaillardes de Windsor selon les translations) est une comédie de W. Shakespeare certainement écrite vers 1597 qui fut jouée pour la première fois en 1600. Elle met en scène le célèbre personnage de Falstaff, un personnage de fiction qui apparaît dans les deux parties de Henri IV puis dans Henri V où il symbolise le type du bouffon qui aime les femmes et l’argent. Il réapparait dans Les Joyeuses commères de Windsor à la demande, semble-t-il de la Reine Elisabeth 1ère qui selon Nicholas Rowe, dans sa biographie sur Shakespeare en 1709, souligne que cette Reine "was so well pleased with that admirable character of Falstaff in the two parts of Henry IV that she commanded him to continue it for one play more, and to show him in love." Shakespeare lui obéira donc en situant l’action à Windsor, lieu de villégiature de la Reine. Cet ancien soldat ruiné qui vit d’expédients prendra alors sa pleine mesure dans une farce où, en voulant séduire deux femmes (Mme Page et Mme Ford) pour leur soutirer de l’argent, deviendra le jouet de ses propres fantasmes. Mais là n’est pas le seul propos de Shakespeare, car derrière la farce se masque une critique de la bourgeoisie, avec une société renfermée sur elle-même, où les figures comiques sont aussi des français (comme le Docteur Caiüs) et où les noms des personnages sont à l’image de ce qu’ils représentent (Mme Vabontrain voire Mme Quickly en est une belle représentante), avec des jeux de mots que notre langue rend difficilement. Ici, nous retiendrons la farce avec ses comiques de caractère, de répétition et de situation dans un monde clos qui s’ouvre sur cette magie shakespearienne qui nous conduit toujours vers une réflexion sur l’homme et ses liens avec la nature. C’est peut-être ce qui explique la fortune de ce personnage aussi bien au cinéma qu’à l’opéra. Orson Welles présentera son Film Falstaff au Festival de Cannes en 1966 et Giuseppe Verdi (1813-1901) crée à 75 ans un Falstaff (toujours joué aujourd’hui) en commençant son opéra par ces mots : "Tutto nel monde e burla" : « le monde est une farce ». C’est la leçon de cette comédie de Shakespeare, auteur auquel nous rendons hommage aujourd’hui pour le quatre centième anniversaire de sa mort. 

Distribution

 

BARBET, laquais ou valet du docteur Caïus : Chinal Dargent Tristan

BARDOLPHE, escroc à la suite de Falstaff : Fiorello Matilda/ Dupré Léa

CERVEAUVIDE, juge de paix cousin de NIGAUDIN : Tang Qiaomei / Bruet Fanny

DOMESTIQUES  de Page, de Ford  (Jean et Robert) : Bert Océane et Tang Qiaomei / Bruet Fanny et Géa Joana

FALSTAFF :  Chatenet Marine / Chinal Dargent Tristan

FENTON :  amant d’Anna Page : Chatenet Marine

L’AUBERGISTE ou L’HOTE de l’auberge de la Jarretière : Chinardet Emma

LE DOCTEUR CAIUS, médecin français, prétendant d’Anna Page : Fiorello Matilda

LUTINS et FEES : Bert Océane et Tang Qiaomei

M. FORD, bourgeois de Windsor : Pacalet Clémentine

M. PAGE, bourgeois de Windsor : Dupré Léa 

MISS ANNA PAGE, sa fille : Chinardet Emma

Mme FORD, Bourgeoise de Windsor : Tang Qiaomei / Bruet Fanny

Mme PAGE, Bourgeoise de Windsor : Bert Océane / Géa Joana

 Mme VABONTRAIN, servante / gouvernante du docteur Caïus : Legoupil Sarah

NIGAUDIN, cousin de Cerveauvide, prétendant d’Anna Page : Melet Laura

NYM, escroc à la suite de Falstaff : Pacalet Clémentine/ Chinardet Emma

PISTOLET, escroc à la suite de Falstaff : Bert Océane / Damone Manon

ROBIN, page de Falstaff : Melet Laura

SIMPLE, laquais ou valet de Nigaudin : Géa Joana

 

SIR HUGUES EVANS, curé et ministre gallois : Damone Manon

Régie son : Bruet Fanny / Chatenet Marine/ Legoupil sarah/ Pacalet Clémentine

 

 

Education Nationale : Isabelle Lalisban

Partenariat et Intervenants : Groupe Décembre, Yonnel Perrier, groupe de création théâtrale, 63 rue de la Part-Dieu 69003 LYON

 Partenaire culturel : DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), 6, Quai Saint-Vincent, 69283 Lyon 

 


La Leçon au théâtre : Vanitas Vanitatum


Vanitas Vanitatum : La leçon au théâtre

           

Dans un montage de textes ciblés autour de trois auteurs : Molière, Eugène Ionesco et Louis Jouvet,  Vanitas, Vanitatum : La leçon au théâtre propose de porter un regard sur les rapports entre maître et élève, entre dominant et dominé et de s’interroger sur les fondements de la leçon. Quand E. Ionesco joue avec une leçon qui renvoie à son théâtre de l’absurde où l’on se perd dans le tourbillon des chiffres et des mots, Molière met en scène des personnages souvent imbus d’eux-mêmes en conflit avec le monde de leur temps pour mieux se confronter aux jaloux, au raisonneur ou à une folie effrayante. Louis Jouvet est alors celui qui analyse avec une sagesse, qui laisse résonner sa voix encore présente dans nos esprits, les étapes d’un apprentissage douloureux qui conduit les personnages à aller au plus profond d’eux-mêmes. Ainsi, chacun à sa manière va chercher une vérité, sa vérité mais laquelle ? C’est peut-être dans ce Vanitas Vanitatum et omnias vanitas  « Vanité des vanités, tout n’est que vanité » des premiers mots de L’Ecclésiaste, que le spectateur trouvera une réponse dans un parcours semé de maximes où finalement tout semble fragile, dérisoire, illusion et éphémère.

 

Distribution

 

François de La Rochefoucauld : Emma Chinardet

 

TEXTE  1. : PREAMBULE           

- Aristico Maria

- Chinardet Emma

- Dupré Léa

- Tang Qiaomei

 

TEXTE   2. : BRIGITTE JACQUES (D’après Molière et la Comédie classique de Louis Jouvet)  ELVIRE/ JOUVET 40 : 1ERE LEÇON               

Claudia/Elvire : Aristico Maria

Louis Jouvet : Dupré Léa

Léon/Sganarelle : Fiorello Matilda

Octave/Don Juan : Pacalet Clémentine

 

TEXTE   3. : E. IONESCO,  LA LEÇON  (ARRIVEE DE L’ELEVE)               

La Bonne : Bruet Fanny

Professeur : Bert Océane

L’Elève : Melet Laura

 

TEXTE   4. : MOLIERE, LE BOURGEOIS GENTILHOMME, ACTE II, SCENE 4

M. Jourdain : Legoupil Sarah

Le Maître de Philosophie : Bruet Fanny

                       

TEXTE   5. : E. IONESCO, LA LEÇON  (LES NOMBRES)              

Le Professeur : Chinal Dargent Tristan

 L’Elève : Pacalet Clémentine 

       

TEXTE   6. : MOLIERE, LE BOURGEOIS GENTILHOMME, ACTE II, SCENE 4

M. Jourdain : Legoupil Sarah

Le Maître de Philosophie : Bruet Fanny

 

TEXTE   7. : BRIGITTE JACQUES, ELVIRE/JOUVET 40 : 3EME LEÇON

Claudia/Elvire : Aristico Maria

Louis Jouvet : Dupré Léa

Léon/Sganarelle : Fiorello Matilda

Octave/Don Juan : Pacalet Clémentine

           

TEXTE   8. : MOLIERE, LE MISANTHROPE, ACTE I, SCENE 1  

Alceste : Damone Manon

Philinte : Chinardet Emma

                       

TEXTE   9. : E. IONESCO, LA LEÇON (LA TRADUCTION)         

Le Professeur : Géa Joana

L’Elève : Fiorello Matilda

 

TEXTE   10. : MOLIERE, M. DE POURCEAUGNAC, ACTE I, SCENE 8

1er médecin : Chatenet Marine

2nde Médecin : Pacalet Clémentine

M. De Pourceaugnac            : Melet Laura

Les Etudiants : les élèves de l’option théâtre

 

TEXTE   11. : MOLIERE, LE  MISANTHROPE, ACTE III, SCENE 4

Arsinoé : Tang Qiaomei

Célimène : Bert Océane

                       

TEXTE   12. : E. IONESCO, LA LEÇON (LA DIFFERENCE ENTRE LES LANGUES)         

Le Professeur : Géa Joana/ Bert Océane/Chinal Dargent Tristan

L’Elève : Melet Laura/ Pacalet Clémentine/Fiorello Matilda

             

TEXTE   13. : BRIGITTE JACQUES, ELVIRE/JOUVET 40 : 7EME LEÇON             

Claudia/Elvire : Aristico Maria

Louis Jouvet : Dupré Léa

Léon/Sganarelle : Fiorello Matilda

Octave/Don Juan : Pacalet Clémentine

 

Régie son : Vinante Maëva (1ère L1) / Chatenet Marine/ Legoupil Sarah

 

 

Mes vifs remerciements :

- A Frédéric Roux, pour son aide précieuse.

 

 

- A D. Leboeuf, P. Geay, C. Bot,  enseignants en classe de 1ère L2 au Lycée Vaugelas, pour leur disponibilité.